La Maîtrise de la cathédrale en concert

Dernière mise à jour : 25 mai

Pour introduire le Concert de la Maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne de Metz,

l’abbé Grégoire CORNELOUP avait invité l’abbé Pierre DEMENOIS, prêtre du diocèse de Nancy pour donner une petite conférence sur le thème « NAISSANCE ET VIE D’UNE ÉGLISE »

Dans son mot d’accueil, l’abbé Corneloup a rappelé les points communs entre la cathédrale de Metz et l’église de Morhange.

Toutes les deux ont été restaurées par le même architecte allemand au 19e siècle,

Paul TORNOW.

L’effondrement d’une voûte de l’une des travées de la nef et le classement de l’église comme Monument Historique avaient activé la restauration complète de l’église de Morhange à partir de l’année 1889. Elle s’est terminée en 1911.





L’abbé DEMENOIS

a pris la relève pour parler

de la naissance

et de la vie d’une église.


Tout comme les personnes vivantes,

une église a une naissance.

Sa construction

doit répondre à un certain nombre

de critères

définis par l’évêque

et le Droit canonique,

l’église étant un édifice sacré

destiné au culte pour la célébration des messes et des sacrements.





Le bâtiment « église »

est un lien

avec la communauté

des personnes,

avec

« chacun de nous »

a fait remarquer le prêtre.


« Elle aussi,

elle prend des rides

et nécessite des travaux ».


Elle est un édifice sacré,

au même titre qu’un cimetière

ou un autel.

Son usage est défini par le Droit Canon,

il n’est pas ordinaire.





Le lieu de construction d’une église est clairement défini. Si elle est détruite, elle doit être reconstruite au même endroit.

Les conditions d’accessibilité, de voisinage, de situation, d’orientation, d’aménagement intérieur doivent être respectées.



Dans les anciennes églises

on trouve des " piscines ",

ces petites cuves

dans le mur

près de l’autel

ou dans la sacristie,

destinées à conduire

en terre

l’eau qui a servi aux baptêmes

et à la purification

des objets sacrés.




église de Morhange


Le véritable acte de naissance

du lieu de culte est la dédicace

ou la consécration.

Elle est composée

de prières et de rites.

Elle fait de chaque église

ou cathédrale

une maison de prière.


Elle est attestée par la présence

d'une croix devant laquelle

est fixé un cierge.

L’édifice est définitivement voué au culte


Des précisions qui ont vivement intéressé l’auditoire.


Sous la direction de Christophe BERGOSSI avec Frédéric MAYEUR à l’orgue,

la Maîtrise de la Cathédrale de Metz, composée de chœurs d’enfants, d’adolescents et d’adultes s’est mise en place pour interpréter 600 ans de chants religieux.


  • Chant Grégorien.

Metz, berceau du Chant grégorien. Croire. La Croix


La Maîtrise veut ainsi perpétuer la mémoire vivante du chant grégorien permettant la diffusion d’un patrimoine musical né à Metz, au VIIIe siècle, avant de se répandre à travers tout l’Occident.


Ont suivi des chants d' autres époques :

  • Musique baroque avec Tantum ergo et Jubilemus de Couperin

  • Musique classique avec Ave verum de Mozart

  • Musique romantique avec L'Ave Maria de Franck, Veni Domine de Mendelssohn

  • Musique du XXe siècle, avec un extrait du Requiem de Fauré interprété par une très jeune choriste,


  • Musique contemporaine plus rythmée avec Cantate de Cobb, Gloria de Stephens...


Entre chaque période musicale, Christophe BERGOSSI a pris la parole pour expliquer et introduire la période suivante.

Il a apporté un certain nombre de précisions au sujet de la Maîtrise qui se compose aujourd’hui de trois chœurs d’enfants et d’adultes, qui suivent une formation vocale et musicale.


Créé en 1996 par Pierre RAFFIN,

alors évêque de Metz,

elle participe au mouvement

de renouveau des Maîtrises

observé dans les cathédrales françaises depuis quelques années.

.

Cette initiative contribue à mettre en valeur la cathédrale de Metz,

haut lieu de l’art et de l’histoire

en Lorraine.

Rattachée à la Cathédrale de Metz,

la Maîtrise participe à la vie liturgique de la cathédrale.


Elle travaille en étroite collaboration avec l’Ensemble Scolaire Jean XXIII de Montigny les Metz où les enfants disposent de cours en aménagement d’horaires. Elle se produit régulièrement en concert.



A l'issue du concert et après avoir remercié les choristes pour la qualité de leur chant,

l'abbé Corneloup n'a pas manqué de rappeler la suite du programme des 600 ans de l'église qui prendra fin le 24 septembre par un autre concert qui sera donné par la chorale de l'école de musique de Morhange.