OR-TYPO-BLANCHE.png

600 ANS D'HISTOIRE

AVENT & VACANCES DE NOËL

CRÈCHES

Crèches dans les églises de la communauté de paroisses. Églises ouvertes les samedis et dimanches de l'Avent. 

L’église de Morhange est un des rares et beaux monuments d’architecture ogivale du diocèse de Metz. Elle date du commencement du style ogival flamboyant et a conservé les caractéristiques qui constituent son intérêt historique et archéologique. 

BRECH, Paul, curé-archiprêtre de Morhange 1911-1936.

Elle est dédiée aux Apôtres Saint-Pierre et Saint-Paul. 

GravureStPierreetPaul_Roth.png

Les Comtes de Salm devinrent Seigneurs de Morhange dès le 12e siècle. La ville féodale de Morhange se développa et le comte Henri IV y établit définitivement sa résidence. Il construisit le Vieux Château de Salm et entoura la ville d’une enceinte fortifiée avec probablement une église à proximité.

ARMOIRIES DE LA MAISON DE SALM.gif

Armoiries de la Maison de Salm, Wikipédia  

Cette église du XIIIe siècle ou du commencement du XIVe a été dotée de la statue de la Vierge du Feu, appelée autrefois « Notre-Dame brûlée ».

La dévotion à la Sainte Vierge, sous les vocables de Vierge du feu et de Notre-Dame au Charbon doit son origine à sa préservation merveilleuse de l’incendie.

BRECH, Paul, L’Église Saint Pierre et Saint Paul de Morhange, p. 23-25

MAUJEAN, Histoire de Morhange, Annuaire de la Société d’Hist. et d’Arch. lorr., 1ère partie : La Maison de Salm, p. 23-59, 86 et s.

ND DU FEU.jpeg

Vierge à l’Enfant, dite Notre-Dame du Feu, Sculpture en pierre, début du 14e.

Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP  

1401

UN INCENDIE EN 1401

« La tradition locale affirme que le 2 juillet 1401 un premier incendie détruisit la ville et l’église, à l’exception du Château de Salm. Il n’existe pas de document historique à l’appui de cette tradition. » 

BRECH, Paul, L’Eglise Saint Pierre et Saint Paul de Morhange, p. 26

 

Morhange et son église sont en feu le 2 juillet, jour de la Visitation. La ville et son église sont détruites, à l’exception du Château de Salm.

Les habitants sont épargnés.
Ils font le vœu de consacrer ce jour à une procession solennelle en l’honneur de la Vierge. 

1421

CONSTRUCTION DE L'ÉGLISE

L'ABBAYE DES BÉNÉDICTINES

A Morhange, le droit de patronage de l’église était exercé par l’abbesse des Bénédictines de GRAUFTHAL, en Alsace.

 

GRAUFTHAL, située à mi-chemin entre Phalsbourg et la Petite-Pierre dépendait du diocèse de Metz et passa au diocèse de Strasbourg quand l’Alsace fut cédée à la France en 1680.                  
BRECH, Paul. L’Eglise Saint Pierre et Saint Paul de Morhange.

Les premières mentions du couvent de bénédictines de GRAUFTHAL remontent à 1126 et 1178. Le Patron en est Saint-Gangolphe. 

 

GRAUFTHAL se trouve à la limite orientale du diocèse de Metz (entre Phalsbourg et La Petite Pierre). L'abbaye a probablement été fondée par les comtes de Metz autour de 1100 et placée sous l'obédience de Théoger, abbé de Saint-Georges en Forêt-Noire. 

Après avoir connu un certain essor, le couvent subit les assauts des Armagnacs puis est sévèrement dévasté au 16e siècle, lors de la révolte paysanne et des guerres de religion. Sa sécularisation intervenue en 1551 oblige les dernières moniales à se retirer dans la proche abbaye de Saint-Jean-des-Choux.  

                 

Hauss Alain, Bardout Michèle

© Inventaire Général Patrimoine architectural (Mérimée)

L'abbaye  possédait à Morhange une ferme et les deux tiers des dîmes que l’abbesse faisait lever par son fermier. 

LE CONTRAT DE BAIL

BAIL MORHANGE.jpeg

Les archives de la ville possèdent le CONTRAT DE BAIL passé entre Dame Suzanne, abbesse de Graufthal et Clais de Ypelburn, prieur des bénédictins d’Insming et trois personnes du diocèse de Trêves désignées dans le contrat. 

Il est daté du lundi avant le 17 mars de l’an 1421-1422.

BRECH, Paul.  L’Eglise Saint Pierre et Saint Paul de Morhange         

     

Il est écrit en minuscules gothiques de langue allemande. 

Clais (Nicolas d’Eppelbronn) von Ypelburn et ses trois consorts s’engagent à prendre à bail viager la ferme de Morhange, appartenant à dame Suzanne et à lui payer un cens annuel de 30 florins du Rhin : 

  • 10 florins à verser à la Purification de la Sainte Vierge, 

  • 10 florins à la St Jean-Baptiste 

  • les 10 autres florins doivent être employés, comme c’est nécessaire, à la construction de l’église et de la ferme de Morhange, et cela dans leur ancienne forme et à l’emplacement où elles étaient antérieurement placées…

  • Clais von Ypelburn s’engage à entretenir avec ce fonds l’église et la ferme dans leurs construction et couverture habituelles.

 

  «.. L’église est sans doute l’œuvre de l’abbesse de GRAUFTHAL, Dame Suzanne, en sa qualité de patronne de l’église et du Prieur d’Insming, Clais von Ypelburn. »

1421-1422

LA NOUVELLE ÉGLISE

L’abbesse de GRAUFTHAL et le Prieur d’Insming ont voulu :

  • Que la nouvelle église conserve la forme architecturale générale : le même aspect extérieur, la même disposition intérieure et les mêmes dimensions sans exclure la ressemblance du style général (ogival).

  • Qu’elle soit bâtie au même emplacement qu’avant sa destruction.

 

L’abbesse prend part aux frais de construction de l’église, en particulier de la nef.

 

Construite à l’emplacement actuel dès le XIIIe siècle, l’église de Morhange est de plan basilical, mais sans transept, terminée par un chœur rectangulaire et une abside polygonale sur les flancs desquels s’adossent deux chapelles :

  • A droite, la chapelle des Seigneurs

  • A gauche, la chapelle du Rosaire. » 

​BRECH, Paul.  L’Eglise Saint Pierre et Saint Paul de Morhange         

PLAN DE L'ÉGLISE DE MORHANGE.jpeg

1501

UN NOUVEL INCENDIE

La destruction de la ville et de son église en 1401 avait produit un profond traumatisme sur les habitants de la ville. 

La population avait fait le vœu de faire une procession solennelle en l’honneur de la Vierge Marie, chaque année, le 2 juillet, jour de la Visitation et jour anniversaire du sinistre. 

Un siècle plus tard, en 1501, le vœu est oublié.

 La foudre frappe la ville en trois endroits et provoque un vaste incendie qui ravage le bourg à la date anniversaire du premier incendie. 

La présence de la statue de la Vierge placée dans une maison aurait évité la propagation du feu.

L’église est épargnée, mais le clocher, séparé de la nef, est atteint.

 

La procession ne fut plus oubliée : tous les ans, le 2 juillet, la population participe à la cérémonie avec une grande ferveur. 

L’incendie fut considéré comme un châtiment divin de la violation du vœu. La préservation de l’église et d’une partie de la ville fut attribuée à l’intervention miraculeuse de la Sainte Vierge, de leur « Vierge brûlée »                                            

La Comtesse Jehanne de Salm participa financièrement à la reconstruction du clocher de l’église et à la fonte de la nouvelle cloche OSANNA, fondue probablement à Morhange en cette année 1501 par Maître Hans.

1727

TROIS NOUVELLES CLOCHES ET DES TRAVAUX

CLOCHE 1700.png

La Tour sera consolidée en 1729. Menaçant ruine, elle sera démolie et reconstruite de 1749 à 1752. 

 

La nef fut, par la même occasion, prolongée de 2 travées. 

Un portail fut créé en façade ouest, la façade principale. 

@PetitPatrimoine

1889 - 1911

LA GRANDE RESTAURATION

Le classement de l’église comme MONUMENT HISTORIQUE en 1889 active la restauration complète de l’édifice.

Ce qui n’empêchera pas l’effondrement de la voûte de l’une des travées de la nef, le 10 octobre 1889, trois jours après la Première communion. 

 

Le vaste chantier de restauration de l’église souhaité par l’archiprêtre KREMER a été dirigé par Paul TORNOW, un architecte allemand qui travaille simultanément à la restauration de la cathédrale de Metz. 

Fabrice GUERBEUR, Cercle d’Hist. et du Patrimoine Morhange

Le chantier débuta par la réfection complète des voûtes sur croisées d’ogives.

La charpente est remise à neuf.

Quelques piliers, principalement des bas-côtés, reçurent de nouveaux chapiteaux figuratifs.

Marie-Antoinette KUHN, Académie Nationale de Metz, Les chapiteaux de l’église St Pierre et St Paul de Morhange

de%CC%81tail%20chapiteau_edited.jpg

Deux chapelles et la sacristie furent ajoutées lors d’une restauration entre 1890 et 1893.

@PetitPatrimoine    

TORNOW remodèlera l’ensemble de la tour d’après les formes du gothique flamboyant. 

L’ancienne toiture en tuiles creuses fut remplacée par une nouvelle de plus forte pente, couverte en ardoises. Elle s'appuie sur une corniche inventée par l'architecte d’où jaillissent des gargouilles aux figures de monstres, de démons et de vices.

Une nouvelle flèche de style gothique flamboyant vient surmonter le clocher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La flèche, une pyramide tronquée portant un campanile gracieux, prend son départ derrière une balustrade ajourée en pierre cantonnée aux angles de quatre clochetons à la base desquels des gargouilles très saillantes épousent la forme des symboles des évangélistes.

 

La chapelle des Seigneurs et la crypte située juste en dessous sont restaurées.

église flèche.png
chapelle des seigneurs.jpeg

Des fragments très mutilés, récupérés au cimetière, d'un ancien retable (1er tiers du XVe siècle) représentant l'adoration des bergers et des mages furent replacés dans l’église.

Armoiries : armoiries des seigneurs de Salm (tympan de l'avant dernier gable de gauche).   Et armoiries des Joinville-Bonney (gable de l'arcade intérieure de droite). 

chapelle%20du%20rosaire_edited.jpg

LA CHAPELLE DU ROSAIRE

Disposée symétriquement sur la face nord du chœur, remplace l'ancienne sacristie. Elle est ornée de 4 têtes servant de consoles d’amortissement pour la voûte et représentent les 4 saisons.

Marie-Antoinette KUHN, Académie Nationale de Metz, Les chapiteaux de l’église St Pierre et St Paul de Morhange

 

Tornow fait entrer des œuvres d’art dans l’église.

La Statue de Sainte-Barbe (1450) qui appartenait aux Sœurs de l’hospice St Blaise de Morhange trouve un abri dans cette chapelle. 

 

 

                                                                     

                                                                       

 

 

 

@Paroisse de Morhange



La statue de Notre-Dame-du- Feu est présentée dans le collatéral nord depuis 1894, auparavant, elle n'avait pas de place fixe dans l'église..

Ste Barbe.jpg
chapelle du rosaire.jpg

LA CHAPELLE DES SEIGNEURS

chapelle des seigneurs 2.jpeg

 

 

 

Elle abrite la statue de St Joseph.

Elle est dotée de 2 sculptures qui représentent Adam, le premier homme et la Sybille,

prophète des temps païens.

 

 

 

Dans les vitraux néogothiques des trois fenêtres de l'abside polygonale ont été insérés quelques fragments peu importants en provenance des verrières de l'église de Zetting.

sybille.jpg
Adam_edited.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une chaire monumentale, abondamment sculptée fut implantée en 1895 dans la nef.

C'était un cadeau du Grand-Duc Frédéric de Bade, inspecteur général de la garnison de Morhange, qui, de manière constante, avait soutenu les démarches et les demandes de subventions du curé Nicolas Kremer, promoteur de la restauration de son église (1885-1911).

vitraux.png
_edited.jpg

Des bancs néogothiques furent posés sur le plancher renouvelé alors que les restes des meubles du XVIIIe siècle furent relégués dans les bas-côtés.

LE PROJET DE RESTAURATION PAR PAUL TORNOW

Les dessins très fouillés, relevés par les lavis à l'encre de Chine, établis en plusieurs variantes.

Eugène VOLTZ, Restauration et création dans l’œuvre de Paul TORNOW

plans rénovation.png

La restauration s’achèvera en 1911 avec l’édification d’une quatrième travée qui devint la Chapelle Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (collatéral sud), d’après les plans de l’architecte SCHMITZ qui succéda à TORNOW.

1914

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

NOTRE-DAME DU FEU, UN MÉMORIAL DE PROTECTION DANS LES DANGERS ET LES SINISTRES DANS LES TRADITIONS POPULAIRES

ND du Feu couleur.jpeg

Notre-Dame du Feu est vénérée comme Mère de Dieu. 

 

Au commencement de la Grande Guerre, lors de l’avance française dans la Bataille de Lorraine, le 19 août 1914, l’église essuya le feu des batteries de 75 et des obus « pains de sucre ». Heureusement ils ne lui firent que de légères blessures », une demi-heure après la messe, au matin du 20 août.

BRECH, Paul. Avant-propos, L’église St Pierre et St Paul de Morhange

1949

CONSÉCRATION DES 5 CLOCHES DE L'ÉGLISE ST-PIERRE ET ST-PAUL

apre%CC%80s%202GM%20consecration%20Mgr%2

20 février 1949, devant l’église de MORHANGE, Photo RL                                                            

  • Notre-Dame du Feu

  • Sts Apôtres Pierre et Paul

  • Sacré-Cœur

  • Sainte Barbe

  • Saint Antoine

 

Par Mgr Joseph HEINTZ, Evêque de Metz

Par la suite, la fête fut déplacée au dimanche suivant la Visitation du 2 juillet.

 

La procession solennelle se poursuivit encore pendant de longues années. 

1990 - 1991

RÉAMÉNAGEMENT DU CHOEUR ET DES 3 ALLÉES

2001

600e ANNIVERSAIRE DE LA PROCESSION

L'abbé Jean-Claude Lange, curé-archiprêtre de Morhange organisa en 2001 une procession pour commémorer l’anniversaire.

procession 2001.jpeg

2002

15 SEPTEMBRE, FONDATION DE LA COMMUNAUTÉ DE PAROISSES NOTRE-DAME DU FEU DE MORHANGE ET DE LA SOURCE DE L'ALBE

Réunissant les paroisses de :

Morhange-Bermering-Racrange-Rodalbe-Virming-Neufvillage

Communautés de paroisse.jpeg

RESTAURATION DE L'ORGUE

restauration%20de%20l'orgue_edited.jpg

2003

FÊTE DE NOTRE-DAME DU FEU

PROTECTRICE DE L’ENVIRONNEMENT

PROTECTRICE de l’ENVIRONNEMENT… ?

ND du feu 2003.jpeg

2008

RÉNOVATION DU PLANCHER

2010

INSTALLATION DU CHAUFFAGE AU GAZ

2020

PROCESSION DE JUILLET

A l’occasion de la fête de Notre-Dame du Feu le premier dimanche de juillet, l’abbé Grégoire Corneloup a repris la tradition de la procession permettant aux paroissiens du Secteur Pastoral de Morhange de se retrouver pour honorer la Vierge.

Procession 2020 1.jpeg

Au 2e reposoir, mini-concert avec le groupe ANIMA

Procession 2020 2.jpeg
Procession 2020 3.jpeg