Le petit bijou du Centre Mosellan

Dernière mise à jour : 21 sept.

Située aux confins de l' archiprêtré de MORHANGE , la Paroisse de GRÉNING ne fait pas beaucoup parler d'elle. Son église recèle néanmoins de formidables trésors, qu'un généreux donateur a permis de mettre en lumière.




Église Saint-Joseph Travailleur

GRÉNING


Des Origines :

8e siècle jusqu’à la Révolution (1792) :


Une annexe de la paroisse d’Insming (archiprêtré d’Albestroff à l’heure actuelle)


Pendant plus de 1000 ans,

les paroissiens se sont rendus par tous les temps

à l’église d’Insming distante de près de 3 km pour assister aux offices religieux.




De 1792 à 1865 : une annexe de HELLIMER (archiprêtré de Morhange)


Le village fut affecté en 1790 au canton de Hellimer.


1. Une première chapelle et des ermites


- 26 mai 1721 : une délégation d' habitants de Gréning se rend chez le notaire d' Insming pour déclarer la construction d’une chapelle qui sera entretenue par deux ermites.



2. Une nouvelle chapelle reconstruite au même endroit


- 18 mars 1769 : Pose de la 1ère pierre d'une nouvelle chapelle après démolition de la première, devenue trop petite.


→ Elle fut bénie le 11 octobre de la même année par l’abbé NICOT, curé d’Insming avec l’autorisation de Mgr d’Aubusson de la Feuillade, évêque de Metz.


Les habitants firent des démarches pour obtenir un vicaire - résident et obtiennent le 10 mai 1785 un vicaire dépendant de la Paroisse d’Insming.


L’église de GRÉNING



La nouvelle église fut construite en 1840, celle de 1769 n’étant plus au goût du jour.


Elle fut bénie le 18 octobre 1842 par Jean COLLIN, archiprêtre de Morhange,

assisté de M. Mathieu, vicaire - résident à Petit-Tenquin.



LES ORGUES furent inaugurés le 18 octobre 1872 par Jean COLLIN, archiprêtre de Morhange et par l’abbé MATHIEU, vicaire résidant à Petit-Tenquin.


Ils furent réparés en 1938 et en 1960, suite aux dégâts de la guerre.




Une plaque à la mémoire de M. Paul KOENIG, généreux donateur décédé en 1996, originaire du village voisin d'Insming, est fixée à l'avant de l'église pour rappeler que grâce à lui d'importants travaux d'embellissement ont pu être réalisés et le grand lustre installé au milieu de la nef.





LES VITRAUX


Ils sont d'origine et datent du milieu du 19e siècle


Ils représentent la vie de Saint Joseph, patron de l’église.


Détruits à la Libération en novembre 1944, ils furent remplacés par des vitraux de facture moderne, où le jaune d’or prédomine.


LES AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS

·


LA CHAIRE est en chêne massif.

Elle comporte

des sculptures

représentant

l’entrée de Jésus

à Jérusalem,

la Pentecôte,

la mort de Joseph.


Elles furent exécutées par l’entreprise Jung de Sarralbe vers 1883.




Détails de la chaire sculptée à la main.

Avec ses angelots sculptés dans différentes postures...



Le regard fixé vers le bas



LES LAMBRIS à panneaux en chêne des soubassements du chœur et de la nef représentent


Des scènes bibliques sculptées sur les quatre faces de l'autel





LES BANCS EN CHÊNE sont décorés par des têtes de consoles richement ouvragées.





LE CHEMIN DE CROIX, en pierre reconstituée moulée a été installé en 1895 par les Ateliers de Vaucouleurs.


LES AUTELS LATERAUX, en stuc, remplacés en 1911, représentent la Vierge et St Joseph




LES ORNEMENTATIONS en stuc, cimaises et guirlandes sculptées en plafonds, ont été réalisées en 1905.



SCULPTURES : détails


Saint Joseph dans son atelier de menuiserie

avec le jeune Jésus et sa mère.



LE CHAUFFAGE calorifère à air pulsé au charbon, installé en 1930 par l’entreprise Koenig Jean de Léning a été remplacé par le fuel en 1969.


L’INSTALLATION ÉLECTRIQUE datant de 1925 a été modernisée par la suite.


LA SONNERIE ÉLECTRIQUE des cloches a été effectuée en 1950 et revue les années suivantes grâce aux dons du généreux donateur.



Les cloches d’antan : chacune avait jadis son rôle bien défini.

- La 1ère, la communale appelait la communauté aux assemblées et les échevins de justice à leurs sessions. Elle appelait à l’aide en cas d’incendie et lors de l’approche d’un ennemi.

- La 2ème sonne encore aujourd’hui l’angélus, matin, midi et soir.


- La 3ème, la plus petite sonnait les baptêmes et indiquait l’ouverture du ban pour la fenaison et la moisson.


PRÊTRES originaires de GRENING

et ordonnés en


Jean HOUPERT 23 09 1769

Jean -Nicolas JAGER en 1813

Nicolas MATZ en 1850

R.P. François BRITSCHNER 24 06 1899

R.P. Joseph -Eugène IMHOFF 02 03 1947

R.P. Marcel NEUSCH 12 07 1964

R.P. François NEUSCH 12 07 1964



LA GROTTE DE LOURDES



Elle a été construite dans l’angle du clocher côté EST en 1934, sous la direction de l’abbé MARTIN.

Précédemment, elle se trouvait à l’intérieur de l’église en plus modeste.

Elle avait été édifiée par l’abbé PORT vers 1900.


La dernière visite de l’évêque diocésain, Mgr Heinz date du 12 mai 1939, à l’occasion de la confirmation des enfants d’une dizaine de villages voisins.





Ne quittez pas le village sans avoir visité le Musée de Marie-Michelle. Vous serez surpris

de l'ingéniosité et des talents que sa propriétaire met dans la configuration des lieux...





Sources: MANN Michel: Vouvray, 1987. Gréning, un vieux village de la Mère- Cour et de la Paroisse d'Insming.

Collection : Mémoire de mon village, 2.

Photos: Paroisse de Morhange, 2021, 2022